Burn-out : définition

Quasi-inconnu il y a deux décennies, le terme “burn-out” est omniprésent dans les médias, dans la littérature et dans les conversations. Aujourd’hui, on légifère à son propos et il vient même de faire son entrée dans le dictionnaire.

Le terme “burn-out” vient de l’anglais “to burn out”, qui signifie : se consumer, être détruit par le feu, s’éteindre,…

Le burn-out, également appelé syndrome d’épuisement professionnel, est à la fois une problématique sociétale et personnelle. Son émergence, au cours des dernières décennies, est liée à notre mode de vie où la performance et l’excellence sont requises sur tous les fronts de l’existence.

L’hyper-connexion et la culture de l’immédiateté sont devenues la norme dans l’entreprise mais aussi à la maison. Le télétravail peut, dans certains cas, accentuer l’intrusion du travail dans la sphère de la vie privée.

Le burn-out est un phénomène lié au travail et à l’environnement professionnel. Il peut affecter toutes les catégories professionnelles et tous les secteurs. La question du burn-out concerne autant les jeunes travailleurs en début de carrière que les travailleurs proches de la retraite. Depuis quelques années, la notion de burn-out a été étendue à certaines sphères de la vie privée, on parle, par exemple, de burn-out parental.

Le burn-out se caractérise par un stress permanent lié au travail, une fatigue chronique, une irritabilité, de l’anxiété, des troubles du sommeil et un sentiment de dépersonnalisation. En l’absence de prise en charge adéquate, ce syndrome peut déboucher sur toutes sortes de problèmes médicaux et / ou sur un état dépressif sévère.

On distingue 3 types de symptômes du burn-out

 SymptômeDéfinition
ÉpuisementFatigue à l’idée d’aller travailler, problèmes de sommeil, problèmes physiques et psychosomatiques.
Déshumanisation des relations interpersonnelles Perte d’empathie, sentiment excessif de détachement, attitude négative envers les collègues, sentiment de culpabilité, fuite, évitement des contacts sociaux et repli sur soi.
 Réduction des performances personnellesAuto-évaluation massivement négative, impression de ne pouvoir changer aucun élément de la situation, démotivation, incapacité à effectuer des tâches qui étaient jusqu’alors gérées et assumées.

Le burn-out nécessite une prise en charge psychologique

Le burn-out ne doit pas être confondu avec un état de fatigue passager. Prendre des vacances ne suffit évidemment pas à guérir un burn-out. Ce n’est pas non plus un état dépressif, même si dans au moins 40% des cas, ces deux syndromes seraient associés.

Le burn-out nécessite une réponse adaptée qui passe par des prises en charge médicales, psychologiques et managériales. Ces différentes approches permettront à la personne en burn-out de se reconstruire tout en bénéficiant d’un accompagnement dans la longueur.

Dans ce contexte, le rôle de différents échelons de la médecine du travail est évidemment prépondérant et ce, autant au niveau individuel qu’au niveau sociétal. Il s’agit à la fois d’un travail de prévention, de diagnostic et de protection du travailleur.

Une fois le burn-out diagnostiqué et nommé, le patient pourra être orienté vers une prise en charge psychothérapeutique.

La psychologie, un soutien au burn-out

La prise en charge psychologique nécessite évidemment l’adhésion du patient. Elle sera basée sur un travail de réflexion, d’introspection et de remise en question.

Les questions abordées seront notamment : le parcours professionnel du patient, ses projets, ses attentes, ses frustrations et blessures. Toutes ces questions déborderont inévitablement du cadre et du contexte professionnel.

D’autres dimensions seront également travaillées : les caractéristiques de l’environnement professionnel, les rythmes et changements, les échanges avec les collègues et les clients, les facteurs temporels et leur gestion, le poids institutionnel, l’articulation vie privée / vie professionnelle, la pertinence des tâches accomplies, l’impact de la charge physique,…

Sortir du burn-out demande un soutien et un suivi continu. C’est pourquoi, s’entourer d’un psychologue compétent est recommandé.

En tant que psychologue à Verviers et psychologue à Liège, je vous reçois dans mes deux cabinets de psychothérapie de Liège et Verviers. N’hésitez pas à me contacter pour toute question.

Boulevard Piercot, 33/051
4000 Liège
Tel. +32(0)496/23.17.38
Contactez-moi.